Obtenir des résultats après un audit ou une analyse des risques

Obtenir des résultats après un audit ou une analyse des risques

Retour aux autres articles

Obtenir des conséquences positives après un audit ou une analyse des risques

Trop souvent, lorsque j’interviens dans des entreprises on me fait la même remarque : « Nous avons déjà eu une analyse mais ça n’a jamais rien donné ». Une phrase qui souligne parfois le découragement face à des difficultés qui semblent impossibles à résoudre. Une phrase qui marque le sentiment de certains travailleurs que quoiqu’ils disent, rien ne pourra être mis en place pour répondre à ce qui est pour eux cause de souffrance. Comment mener une analyse de manière pertinente et utile pour mon entreprise ? Les quelques conseils donnés ici permettront de maximiser les chances d’une analyse efficace et pertinente.

Conseil n° 1 : déterminez l’objectif de votre analyse !

Quelles informations souhaitez-vousdzz obtenir de votre entreprise ? Une analyse n’est pas la même d’une entreprise à l’autre. A titre d’informations, quelques situations où une analyse peut s’avérer pertinente :

  • Obtenir une vision globale de son entreprise : les informations qu’on souhaite obtenir permettent donc de balayer de manière large des thématiques de bien-être au travail
  • Comprendre une difficulté déjà présente dans l’entreprise : vous avez déjà conscience que quelque chose ne fonctionne pas comme prévu mais vous ne parvenez pas à comprendre ce qui ne va pas dans votre entreprise. L’analyse a donc pour objectif de vous éclairer par rapport aux difficultés sur lesquelles vous souhaitez travailler.
  • Mettre en place un nouveau projet : vous souhaitez développer un nouveau projet en vous assurant de l’adhésion des équipes. Une analyse peut vous aider à cerner à l’avance les points d’attention ou encore de questions qui se posent dans votre entreprise
  • Augmenter la performance de vos équipes : vous souhaitez découvrir les axes d’améliorations pour augmenter la performance des équipes, favoriser une meilleure gestion du temps ainsi qu’une meilleure organisation.

S’il est évident qu’une analyse permet de comprendre et donc d’affiner votre objectif, plus vous saurez préciser ce que vous attendez de cette analyse, meilleures seront vos chances que l’analyse réponde à vos questions.

Conseil n° 2 : Choisissez le type d’analyse

Il existe différents types d’analyses. Chacune d’entre-elles analysera des parties différentes de l’entreprise et mettra donc en évidence ou ne permettra pas de montrer certaines difficultés présentes.  Déterminez l’analyse qui vous convient afin d’obtenir les réponses à vos questions.

Voir l’article : choisir son type d’analyse pour un résultat optimal

Conseil n°3 : Coopérez avec les acteurs susceptibles d’intervenir dans l’analyse

Pensez également qu’en fonction de votre position dans l’entreprise, certaines personnes pourront apprécier être impliquées dans l’analyse : Direction, syndicat, conseiller en prévention, personnes de confiances, managers… Les informer et collaborer avec eux avant le lancement permettra d’obtenir leur soutien pour expliquer, décrire et soutenir l’analyse afin d’obtenir un maximum de participation de la part des travailleurs. Si vous souhaitez lancer une intervention après l’analyse, une bonne coopération vous permettra de démarrer sur une bonne base par la suite.

Conseil n°4 : Communiquez sur le contexte de l’analyse

Même si une analyse pour améliorer le bien-être au travail devrait être approuvée par tous, elle fait peur. Pensez à communiquer un maximum sur l’analyse : qui aura les informations ?  Comment seront-elles retransmises ? A quoi serviront-elles ? Comment sera assuré la confidentialité ? Pourquoi une analyse est-elle lancée maintenant ? Quand va-t-on avoir le temps de participer ? Éventuellement, proposez des rencontres collectives pour répondre aux questions ou restez disponible pour le faire.

Conseil n°5 : prévoyez une date de fin mais pensez à allonger l’analyse si nécessaire

Il n’est pas rare qu’une analyse dure plus longtemps que prévu. Toutefois, marquer une fin permet à chacun d’envisager le moment où les résultats doivent être rapportés. En outre, sachez qu’il n’est pas rare d’allonger le temps d’une analyse (par exemple, proposer une seconde date pour rappeler aux travailleurs qui n’ont pas répondu aux questionnaires de le faire ; proposer une dernière rencontre pour aborder une thématique qui n’a pas eu le temps d’être exprimée en groupe ou écouter les derniers travailleurs).

Conseil n°6 : Communiquez les résultats de l’analyse aux travailleurs

Les travailleurs qui ont participé aiment bien savoir ce qu’a donné l’analyse qui a été réalisée. Leur communiquer les retours, permet de vous assurer que ces derniers puissent participer par la suite à d’autres analyses. Pensez également dans cette communication à souligner les points sur lesquels vous allez travailler en priorité. Une analyse n’est pas une obligation de répondre à toutes les difficultés mais il est important de montrer que vous cherchez à y donner une suite.

Conseil n°7 : Mettez en place des solutions et communiquez les solutions qui sont mises en place aux travailleurs

 Une analyse doit être accompagnée de pistes de solutions, d’actions. Il vous est possible de choisir les actions dans la liste d’actions proposées ou de réaliser un coaching collectif sur la thématique qui pose des difficultés si vous estimez que les solutions proposées ne sont pas applicables. Le coaching collectif permet alors d’envisager des solutions plus concrètes et plus pratiques sur le terrain, tout en poursuivant l’analyse.

Ensuite, peu importe que les actions aient fonctionné ou non, pensez à communiquer sur les tentatives de solutions que vous apportez. Les travailleurs ont parfois l’impression que rien n’est fait. Pourtant, parfois, je constate que des solutions ont été mises en place mais n’ont pas été rendues visibles pour les travailleurs.

Conseil n°8 : Évaluez la réussite ou non des solutions mises en place

Il n’est pas toujours nécessaire d’envisager une nouvelle analyse. Parfois une simple question suffit. Il est toutefois important de vous assurer que les solutions que vous avez mises en place sont réellement effectives sur le terrain. Demander si une solution a porté ses fruits permet également de montrer que vous vous intéressez à l’avis du travailleur. Dans le pire des cas, ce dernier conseil vous permet de constater que la solution proposée n’a pas eu l’effet que vous attendiez et d’envisager une autre approche.


Pour aller plus loin : Réalisez une analyse – plus d’informations

Lire l’article : choisir son type d’analyse pour un résultat optimal

Août 2021
Sens et Company
Magali Jemine
Psychologue du travail, coach, formatrice
Audit, Analyse, Formation, coaching collectif en entreprise