Maladies mentales et troubles psychopathologiques…

Retour aux autres articles

Maladies mentales et troubles psychopathologiques…

Avez-vous déjà ressenti une peur intense alors que rationnellement, il n’y avait pas de raison ? Avez-vous déjà été particulièrement triste ? Vous êtes vous déjà fait une idée à propos d’une situation avant de vous rendre compte qu’elle était erronée ?

Névrose, Dépression, Trouble bipolaire, psychoses, addiction, anorexie… Le nombre de maladies mentales diagnostiquées augmentent avec la progression scientifique. Les chances d’être soi-même atteint d’une maladie sont de plus en plus grandes… Mais qu’est-ce qu’une maladie mentale ou un trouble psychopathologique ?

Lorsque nous étudions la psychopathologie, il est fréquent de dire : « J’ai toutes les maladies« . Toutefois, ce n’est pas pour autant que les psychiatres ou psychologues sont tous « fous ». Non, la raison à ce constat très fréquent est simplement expliqué. Prenons un exemple ! Avez-vous déjà ressenti une peur intense sans raison apparente ? Devant une araignée ? Un serpent ? un ascenseur ? Votre lieu de travail ? En réalité, la plupart des personnes répondront positivement à cette question. Ils pourront dès lors, dans un raisonnement simpliste être diagnostiqué comme « Névrosé ». Cependant, rassurez-vous ! Dans une maladie psychopathologique, le symptôme étudié (dans ce cas-ci la peur) prend une telle importance que la personne malade se retrouve incapable de réaliser ses tâches quotidiennes (difficulté d’aller travailler, de sortir de chez elle…). Notons toutefois que l’être humain est encore plus complexe que ça. Comme il est possible d’avoir la grippe et d’être fortement ou faiblement malade; les personnes atteintes d’un trouble psychopathologique ne sont pas toutes atteintes de la même façon. Certaines le seront plus alors que d’autres ne présenteront que quelques symptômes. En effet, il existe des personnes atteintes d’une pathologie qui se portent particulièrement bien et des personnes « normales » qui après un évènement important (burnout, harcèlement, décès d’un proche) présentent des symptômes pathologiques. D’où, les professionnels de la santé se posent parfois la question « Est-ce que ce comportement est « normal » ou symptôme d’une maladie plus profonde ? ».

La maladie psychopathologique est un écart par rapport à la « normalité ». Cet écart peut amener pour le patient qui le vit un sentiment de solitude, d’incompréhension, d’incapacité à s’insérer dans une société, de souffrance…

Pour terminer cet article, il me reste un dernier point à aborder avec vous. Pourquoi le trouble psychopathologique se développe chez une personne et pas chez une autre ? Les recherches sur la question ne sont pas encore abouties. De nombreuses questions demeurent toujours présentes de nos jours. Toutefois, à l’heure actuelle, on peut voir les troubles psychopathologiques comme un comportement d’adaptation, de défense que l’homme (ou la femme) a trouvé en réponse à un contexte devenu fou. Or les contextes fous, bien souvent vécus pendant l’enfance, sont nombreux (maltraitance, abus sexuel, négligence, manipulation, déception, naissance, décès, maladie, discours paradoxal…). Dans la plupart des cas, la (les) raison(s) des troubles psychopathologiques est (sont) oubliée(s) lorsque l’enfant grandit. Des années plus tard, un évènement symbolique (un regard, un son entendu, une odeur familière) peut venir réveiller un souvenir enfoui et du même coup, les comportements de défense associés. Ces comportements sont alors déployés de manière inconsciente par la personne devenue adulte. Cependant, le contexte a changé. L’enfant est devenu adulte. Il a déménagé, travaille, a peut-être une épouse(un époux), des enfant(s)… Les comportements adaptés en réponse au contexte « fou » ne le sont plus au regard du nouveau contexte. Comment dès lors expliquer que le bruit de l’eau peut faire peur à ce point ou que la vue d’une minuscule araignée peut paralyser ? Consciemment, il n’y a aucune explication rationnelle… Il ne reste plus qu’à se définir comme malade, comme fou… Et pourtant, lorsque nous faisons intervenir l’inconscient, lorsqu’il est possible de remonter à la source même de la maladie, les troubles psychopathologiques sont les témoins d’une capacité extraordinaire qu’a l’être humain : « La résilience ».

Ecrit en Décembre 2019
Sens et Company
Magali Jemine