Motiver ses collaborateurs : un investissement nécessaire ?

Motiver ses collaborateurs : un investissement nécessaire°?

Retour aux autres articles

Motiver ses collaborateurs : un investissement nécessaire ?

Depuis quelques années, surgit l’obligation pour les managers, les cadres ou les gérants d’une entreprise de motiver les travailleurs. Motiver des collaborateurs est-il pour autant utile dans le monde professionnel ou n’est-ce qu’une nouvelle façon de materner ses employés ?

Historiquement, la question de la motivation émerge avec l’apparition de la psychologie positive. Jusqu’alors, la psychologie s’intéressait uniquement aux pathologies comme les troubles de l’humeur, paranoïaques ou encore phobiques. La psychologie positive s’inscrit dans un tournant en questionnant non plus les raisons d’un mal-être mais plutôt les causes de l’épanouissement personnel. C’est le début d’une nouvelle préoccupation, celle, non plus, d’éviter le mal-être mais de promouvoir la motivation de chacun. La recherche de la pleine satisfaction, du plein engagement ou de la motivation absolue est-elle pour autant porteuse de conséquences positives ?

« Oui » déclarent certains auteurs en montrant qu’une motivation plus grande dans son travail favorise la récupération pendant le sommeil, la protection contre le burnout, l’anxiété ou encore les douleurs ressenties. Au sein d’une entreprise, favoriser la motivation permet également d’augmenter les probabilités de développer un réseau s’étendant à travers différents lieux géographiques ou encore de favoriser la performance. Une personne motivée sera également plus encline à rester dans l’emploi qu’elle occupe.

« Prudence » déclarent d’autres auteurs car être trop concentré sur une activité, c’est mettre de côté les informations qui ne sont pas liées à cette même activité. La colère, la peur peuvent ainsi être oubliées en se plongeant dans les tâches quotidiennes du travail. Trop s’impliquer dans un domaine particulier signifie accorder moins de temps aux autres parties de votre vie. Il n’est pas rare en effet de voir des personnes s’investir dans le travail accompli et délaisser peu à peu leur famille, leurs amis ou leurs besoins personnels jusqu’au jour où il ne reste plus qu’une chose : « le travail ». La sur-implication est ainsi liée au burnout et au workaholisme.

Motiver ses collaborateurs : cet investissement est-il bien nécessaire ? Si vous voulez rester compétitif, conserver de bonnes relations au sein de votre équipe et éviter les départs successifs, la réponse est probablement oui. Toutefois, on ne peut que conseiller la prudence, lorsque la volonté de favoriser la motivation se transforme en acharnement à satisfaire chacun ; car il se pourrait bien qu’à trop vouloir en faire, on obtienne des résultats inverses….

Ecrit en Janvier 2019
Sens et Company
Magali Jemine


McGrath, E., Cooper-Thomas, H., Garrosa, E., Sanz-Vergel, A., & Cheung, G. (2014). Rested, friendly and engaged : the role of daily positive collegial interactions at work.; Journal of Organizational Behavior, ;, 1213—1226.doi: 10.1002/job.2197 </br> Imperatori, B. (2017). Engagement and disengagement at work: Drivers and organizational practices to sustain employee passion and performance. Milan; Italy: Springer. doi: 10.1007/978-3-319- 51886-2
; Innstrand, S. T., Langballe, E.M., & Falkum, E. (2012). A longitudinal study of the relationship between work engagement and symptoms of anxiety and depression. ;Stress and Health;, 28, 1- 10. doi: 10.1002/smi.1395
Halgin, D., Gopalakrishnan, G., & Borgatti, S. (2015). Structure and agency in networked, distributed work: the role of work engagement. ;American Behavioral Scientist;, 59, 457-474. doi: 10.1177/0002764214556807
George, J. (2011). The wider context, costs, and benfits of work engagement. ;European Journal of Work and Organizational Psychology;, 20, 53-59. doi: 10.1080/1359432X.2010.509924